Santé
 

En mettant en examen Agnès Buzyn, les magistrats de la CJR considèrent, de manière implicite, que les connaissances sur le Covid-19 étaient suffisantes en février 2020 pour permettre à l’ex-ministre de la Santé de prendre les mesures adéquates. Or, aucun consensus scientifique ne prévalait à l’époque, observe Laurent Cappelletti, professeur au CNAM.

 
Nos articles sont réservés aux abonnés
Vous êtes abonné ?

Connectez-vous en utilisant ce formulaire.

  • Vous pouvez réinitialiser votre mot de passe en cliquant sur le bouton vert du formulaire (mot de passe oublié)
  • Après connexion, vous pouvez accéder aux données de votre compte, en cliquant dans le cartouche situé en haut et à droite de votre écran, sur ordinateur et tablette, en bas de page sur smartphone)
Pas encore abonné ?

Vous pouvez souhaiter :

L'auteur

L'article

  •  
  • Publié le 6 octobre 2021

pastille cfc

Le contenu de cette dépêche est la propriété de son auteur et du Fil-Social. Toute reproduction, par tous moyens, est soumise à une déclaration auprès du Centre Français de la Copie.

Dans le même thème
Se connecter au site
Mémoriser?

Rechercher sur le site

Nous contacter

Vos coordonnées
Nom
Prénom
Email
Téléphone
Structure
Votre message