Le paritarisme va mal. Les meilleurs spécialistes des questions sociales devraient s’accorder sur le constat au cours des deux journées d’études sur le sujet organisées, ce jeudi 22 novembre et demain vendredi, au ministère de la Santé, par le Comité d’histoire de la Sécurité sociale.
Trois raisons expliquent le malaise. D’abord le patronat ne semble plus attaché à ce mode de gouvernance. Geoffroy Roux de Bézieux en fait la démonstration dans la négociation sur l’assurance chômage. En renvoyant dos-à-dos (...)

 
Nos articles sont réservés aux abonnés
Vous êtes abonné ?

Connectez-vous en utilisant ce formulaire.

  • Vous pouvez réinitialiser votre mot de passe en cliquant sur le bouton vert du formulaire (mot de passe oublié)
  • Après connexion, vous pouvez accéder aux données de votre compte, en cliquant dans le cartouche situé en haut et à droite de votre écran, sur ordinateur et tablette, en bas de page sur smartphone)
Pas encore abonné ?

Vous pouvez souhaiter :

L'auteur

L'article

  •   5 mm
  • Publié le 21 novembre 2018
  • Dépèche n°28328

pastille cfc

Le contenu de cette dépêche est la propriété de son auteur et du Fil-Social. Toute reproduction, par tous moyens, est soumise à une déclaration auprès du Centre Français de la Copie.

Se connecter au site
Mémoriser?

Rechercher sur le site

Nous contacter

Vos coordonnées
Nom
Prénom
Email
Téléphone
Structure
Votre message